Protection exécutive : Sécurité résidentielle et questions de sécurité

Poursuite de la série sur la sécurité résidentielle en matière de protection des dirigeants....

S'agit-il d'un milliardaire excentrique qui connaît le principal et qui ne fait que s'arrêter à l'improviste, ou bien de quelqu'un qui a des intentions malveillantes ?

... Oui, vous avez probablement déjà eu l'occasion de vous poser cette question.
Un des plus grands défis pour l'agent de sécurité résidentielle est le visiteur inconnu.

Vous avez (probablement) déjà un plan en place si quelqu'un se présente à l'improviste. Mais quel est votre plan pour les filtrer ?

-    Quelles questions leur posez-vous ?
-    Quels signes recherchez-vous pour détecter la tromperie ?
-    Comment les obtenir ?


Question de sécurité

Il existe un certain nombre d'articles approfondis sur les questions de sécurité en ligne, mais je vais tenter de résumer toutes les idées les plus critiques par analogie.

Security Questioning and the Chinese Board Game "Go" (en anglais seulement) ("Go" est comme les dames, mais il est joué sur un plateau 19x19, et il nécessite plus de stratégie)

Tout comme il n'y a jamais deux jeux de Go qui soient identiques, il n'y a jamais deux fois où les agents de sécurité interrogent les gens de la même façon. Chaque interaction entre la sécurité et les personnes interrogées est différente et devrait être traitée différemment selon les particularités de la situation. Cependant, tout comme Go, il y a des règles ou des principes directeurs qui donnent de l'ordre à notre processus.
 

Voici nos principes directeurs :

(1) Nous commençons par des questions générales, puis nous passons à des questions spécifiques basées sur les réponses de la personne interrogée. En effet, nous adaptons notre prochain coup (question) en fonction du coup précédent de l'adversaire (réponse).

(2) Dans les questions de sécurité, nous ne "perdons" que si nous laissons la personne interrogée éluder nos questions ou dominer la conversation.

 

Exemple d'échange entre la sécurité et la personne interrogée

Voici un exemple simple (fictif) :
*visiteur inconnu qui stationne près du domaine et commence à prendre des photos de la résidence*

- Sécurité : Bonjour, puis-je vous aider ?
- Visiteur : Non, j'admire votre quartier.
- Sécurité : Pourquoi prenez-vous des photos ?
-Visiteur : Je suis un photographe amateur, ce n'est qu'un hobby.
- Sécurité : Oh, cool. Qu'est-ce qui vous amène ici ?
- Visiteur : Je prends surtout des photos près de la côte.
- Sécurité : Quelles sont les autres quartiers sur la côte que vous prenez en photo ?
- Visiteur : J'aime Santa Monica, San Clemente et d'autres.
- Sécurité : Je vais à San Clemente Beach la semaine prochaine, où trouver à manger dans ce quartier ? ...


Analyse : Si ce visiteur passe vraiment du temps à San Clemente, il devrait pouvoir identifier un restaurant populaire dans la région. Et si le « photographe amateur » n'est qu'une couverture, il n'a probablement pas cherché ou répété des réponses sur les restaurants de San Clemente. Il ne s'agit que d'un échantillon, et le professionnel de la sécurité peut continuer à poser des questions de plus en plus précises jusqu' à ce qu'il dispose de suffisamment d'information pour porter un jugement éclairé. Toutes les déclarations de la personne interrogée peuvent être facilement corroborées (peut-être en passant 2 minutes sur Yelp, à la recherche de restaurants à San Clemente). De plus, l'agent de sécurité peut tenir compte des indices non verbaux de la personne interrogée. Cela devrait donner à la sécurité un point de vue éclairé sur le visiteur.

Peut-être qu'une autre façon de poser des questions aurait été pour l'agent de sécurité de mettre à profit sa propre connaissance de la photographie numérique en mettant à l'épreuve l'expertise de la personne interrogée au sujet de son propre appareil photo/équipement.

Vous n'êtes pas satisfait de mon exemple ? Consultez le lien ci-dessous.

LIEN : Exemple de vie réelle cité dans Jerusalem Post

 

Qu'en est-il des questions spécifiques ?

Tout d'abord, le fait de poser des questions étroites teste la validité du prétexte ou de l'histoire de couverture de la personne interrogée parce qu'il est difficile de prescrire les réponses à ces questions. Deuxièmement, répondre à des questions précises exige plus d'énergie mentale et physique (pensée + explication verbale), ce qui donne à l'agent de sécurité un avantage pour observer les indices verbaux et non verbaux de la personne interrogée.

En termes simples, nous concentrons notre attention sur deux choses :

Les réponses des personnes interrogées : sont-elles cohérentes, peuvent-elles être corroborées, avons-nous miné leur couverture par notre série de questions ?

Comportement de l'interviewé: y a-t-il des indices non verbaux ou verbaux potentiels de tromperie ?

 

Détecter la tromperie

Avertissement : Ce ne sont que des directives générales. Et vous devriez noter que toute personne honnête ou non, peut se sentir nerveuse ou en colère lorsqu'elle est interrogée au sujet de quelque chose. Il faut donc tenir compte de tous les facteurs de la situation!

Indicateurs d'honnêteté
-    Une posture détendue, ouverte et droite
-    Comportement calme
-    Réponses simples

Indicateurs de tromperie
-    Défensive ou excessivement polie
-    Posture inégale
-    Oriente le corps ou crée des barrières
-    Mouvements excessifs (nez qui démange, toilettage, etc.)

 

Un mot sur l'incitation

Merriam-Webster définit l’incitation (elicitation) comme suit : « pour appeler ou tirer quelque chose (quelque chose, comme de l'information ou une réponse). Voici une courte liste d'introduction de techniques notables que les gens utilisent pour puiser de l'information des autres. Il est important d'en être conscient, car un criminel pourrait s'en servir pour vous victimiser ou vous-même pour contrecarrer les efforts d'un criminel.

 

INCITATION astuces (intro)

Questions ouvertes
Vous n’obtiendrez jamais suffisamment d’informations par des questions fermées (oui/non) ! Posez des questions qui nécessitent des réponses longues et argumentées.

Ignorance
Faites semblant d'ignorer une question particulière, et comptez sur l'autre en gonflant son ego pour vous éduquer avec sa sagesse. Exemple : « Je ne sais rien de la sécurité ici. Ont-ils seulement de la sécurité ? »

Question hypothétique
Posez une question qui pose une hypothèse particulière, de sorte qu'en répondant par oui ou par non, l'autre confirme/infirme votre hypothèse. Exemple : « Pourquoi prenez-vous des photos de ma maison ? (plutôt que « Avez-vous pris des photos de ma maison »)

Critiquer
Faire une critique (qu'elle soit exacte ou non), pour permettre à l'autre d'entrer dans les détails en se défendant contre la critique, révélant ainsi plus d'informations. Exemple :
(A) « Je ne pense pas qu'ils envoient même leur personnel de sécurité en formation »                  (B) « Ce n'est pas vrai, nous dépensons 10.000$ par an pour chaque membre de l'équipe et nous les envoyons à... »

Réciprocité
Les humains ont tendance à rendre la pareille. Donnez à l'autre une information sensible/personnelle, et il ressentira le besoin de vous rendre la pareille. Exemple : (A) « Je pense quitter ce boulot »                   (B) « J’y pense aussi, la société X m’a contacté récemment »


Résumer le tout
Les questions de sécurité sont multiples. Nous devons être assez intelligents pour poser les bonnes questions (tester la couverture de la personne), tout en observant son comportement (avant, pendant et après l'approche).

Je ne suis pas l'autorité mondiale en matière d'interrogatoire de sécurité, mais ce n'est pas de la science des fusées ! Si vous consultez les liens au bas de cet article, et que vous intégrez certaines de ces idées dans vos activités quotidiennes, vous serez interrogé sur la sécurité avec les meilleurs d'entre eux.

 

Merci pour la lecture,
Travis

PS : Ne manquez jamais un article en vous inscrivant à la liste de diffusion d'EP Nexus - Cliquez ici.

Pour en savoir plus sur les questions de sécurité, je recommande ces liens :
-    https://www.schneier.com/blog/archives/2004/12/security_notes.html
-    http://www.x-rayscreener.co.uk/profiling/questioning-techniques/
-    http://www.jpost.com/Opinion/Airport-security-questions-and-discrimination-416718
-    https://chameleonassociates.com/security-questioning-guidelines/
-    https://www.fbi.gov/file-repository/elicitation-brochure.pdf/view

NdT : Dans le questionnement de sécurité, mais également pour tout échange (conflictuel ou non), l'apprentissage des bases de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) est également d'un apport très intéressant, notamment lorsque des barrières de langages existent (fatigue, langue, alcoolisation, etc.). Elle met en confiance l'interlocuteur par des techniques de langage corporel. Rappelons que la communication s'effectue pour plus de la moitié par l'attitude corporelle, contre seulement 7% pour le verbe utilisé et 38% pour l'intonation employée. La formation et l'entraînement à la gestion de conflits est évidemment également cruciale, ainsi qu'une culture générale lorsque l'on s'adresse à des cultures étrangères.

Certaines formations spécifiques à l'interrogatoire de sécurité sont dispensées en France, notamment pour les agents aéroportuaires. Pour la protection exécutive, bien que dispensée en Anglais uniquement, Chameleon-Associates (lien proposé ci-dessus par Travis) propose un séminaire de deux jours réellement pertinent (ainsi qu'une sensibilisation au Predictve Profiling en Français en ligne pour les opérateurs CCTV).

 


Bienvenue à EP Nexus! EP Nexus vous propose un blog et un site web de ressources pour les professionnels de la protection exécutive et de la sécurité. Tous mes articles ont d'abord été publiés en anglais, mais avec l'aide de Lionel Draon (Professional Bodyguard Association), les articles sont maintenant disponibles en français. Lionel a ajouté de la valeur à chaque article en incluant ses propres points et en mettant en relation des outils/matériels propres à l'Amérique du Nord avec un auditoire francophone.